Le Collège de la Cocof s’est accordé sur son budget 2023. Un budget de 661,9 millions d’euros, à l’équilibre, qui démontre l’ambition du Collège de répondre aux enjeux sociaux et énergétiques auxquels sont confrontés les Bruxelloises et les Bruxellois ainsi que les associations du secteur non-marchand.

Plus concrètement, ce budget permettra de répondre aux indexations règlementaires des salaires dans toutes les associations soutenues par la Cocof, soit plus de 48 millions d’euros supplémentaires.

En outre, une provision « énergie » de 3,6 millions d’euros est créée dès 2022 pour répondre à court terme aux besoins urgents liés aux factures d’énergie des associations soutenues par la Cocof. Cette provision énergie sera également alimentée à hauteur de 13,6 millions d’euros en 2023 sur base d’une dotation exceptionnelle de la Région. Ce montant fait partie de la provision déjà annoncée par le Gouvernement bruxellois lors de la présentation de son propre budget.

Par ailleurs, grâce à la « cocomisation » de certaines compétences, c’est-à-dire le transfert de certaines matières de la Cocof vers la Cocom sans compensation budgétaire, un important montant de 10,18 millions d’euros est dégagé en 2023 pour renforcer notamment : l’inclusion des personnes handicapées, l’insertion socio-professionnelle, les services d’aide et de soins de première ligne et la promotion de la santé dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Social Santé Intégré (PSSI).

« Malgré le contexte budgétaire difficile de la Région, la Cocof a obtenu des moyens importants pour répondre aux conséquences sociales de la crise énergétique qui touchent non seulement les Bruxelloises et les Bruxellois mais aussi les associations du secteur non-marchand. Le budget 2023 permet aussi la mise en place de nouvelles politiques qui œuvrent au bien-être et à l’émancipation de toutes et de tous », commente Barbara Trachte, Ministre-Présidente de la Cocof, en charge du budget.

 

Les priorités de 2023

En ce qui concerne le handicap : en 2022, la Cocof dégage une aide exceptionnelle pour les Entreprises de travail adapté (ETA) à hauteur de 1 million d’euros afin de les aider à faire face à la crise de l’énergie, des matières premières et d’indexation. En 2023, les moyens dégagés permettront dédier de 700.000 euros en 2023 qui permettront de mieux gérer les situations prioritaires d’extrême urgence. Dès 2023 également, des moyens supplémentaires seront alloués à la mise en place de mesures structurelles de refinancement pour la prise en charge des personnes en situation de grande dépendance. Le projet de la Maison de l’Autisme démarre également concrètement. Un chef de projet sera bientôt désigné pour la mise en œuvre des missions recommandées par l’étude de faisabilité.

En ce qui concerne la politique culturelle, le Collège s’est accordé pour une rénovation du Théâtre des Martyrs dont le bâtiment est géré par la Cocof. Cela permettra de moderniser les installations de ce bâtiment qui n’a plus bougé depuis les années ’90.

En ce qui concerne les crèches, le montant nécessaire aux infrastructures est fixé à 30 millions d’euros en engagement. Ce montant permettra de concrétiser l’engagement de la Cocof dans le cadre de l’appel à projets conjoint avec l’ONE, visant à créer 2.100 nouvelles places sur le territoire bruxellois à l’horizon 2026.

En ce qui concerne le transport scolaire, les crédits prévus à l’initial 2023 permettent de soutenir la revalorisation tarifaire dans le chef des transporteurs et de financer à moyen et long terme la réforme structurelle du secteur.

En enseignement, les moyens sont renforcés afin d’assurer le fonctionnement des écoles de la Cocof et le déploiement des deux nouvelles écoles à pédagogie active sur le Campus du CERIA, avec un montant global avoisinant les 36 millions d’euros à l’initial 2023. L’Ecole Jules Verne qui a ouvert ses portes en septembre 2021 et le LAB Marie Curie accueillera ses premiers élèves à la rentrée 2023. Ces deux écoles s’installeront dans les nouveaux bâtiments à la rentrée 2023. La Commission communautaire française, en qualité de Pouvoir Organisateur, participe ainsi à l’effort collectif des pouvoirs publics pour répondre au boom démographique grâce à l’augmentation de l’offre de places dans l’enseignement obligatoire.

Au niveau de la formation. En Région bruxelloise, seuls 18% des chercheurs d’emploi ont un diplôme d’études supérieures. Pour de nombreux Bruxellois·es, la formation s’impose donc comme une étape indispensable pour augmenter leur niveau de qualification et les rapprocher des besoins du marché de l’emploi. C’est pourquoi, 800.000 euros ont été dégagés pour mettre en place des formations courtes et innovantes alternant pratique et théorie, principalement dans les secteurs sous-tension. Parallèlement, 520.000 euros sont octroyés à la formation des formateurs. L’objectif visé est non seulement de disposer de suffisamment de formateurs mais aussi d’améliorer leurs compétences pédagogiques ou professionnelles pour former les talents de demain.

Au niveau social-santé. Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Social Santé Intégré (PSSI) de la Région bruxelloise, le Gouvernement prévoit de mieux organiser et renforcer la première ligne d’aide et de soins aussi bien en Cocom qu’en Cocof. En Cocof, cela passera par une révision du décret ambulatoire afin de renforcer l’intersectorialité, les services et d’adapter au mieux le décret à la réalité de terrain. Ceci permettra de répondre au mieux aux besoins des Bruxellois·es, tout en facilitant le travail des différents services. Dans ce cadre, 3,5 millions d’euros seront libérés en 2023. Ces moyens seront utilisés en fonction des 2 axes prioritaires : d’une part le renforcement de l’intégration entre services via, notamment, le développement et la reconnaissance de centres social-santé intégrés ; d’autre part, le renforcement des secteurs dépendant du décret ambulatoire.

Au niveau de la promotion de la santé, des budgets supplémentaires ont été dégagés pour la mise en œuvre du PSSI dans ses aspects « promotion de la santé », soit une augmentation de 10% des crédits destinés au secteur pour la mise en place du volet 2 du PSSI à savoir le Plan relatif à la promotion de la santé 2023.

Dans le cadre de l’application du nouveau décret Cohésion sociale, les ASBL reconnues bénéficieront d’une indexation de 10% de leur subvention annuelle pour un montant global de 1,286 million €. Le Centre bruxellois d’action interculturelle (CBAI) voit ses moyens renforcés pour la première fois depuis de très longues années.